Terra
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Rpg Final Fantasy
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
JBL Tune 115 TWS – Écouteurs sans fil ...
Voir le deal
49.99 €

 

 Nakai Tokun

Aller en bas 
AuteurMessage
Nakai To
Invité




Nakai Tokun Empty
MessageSujet: Nakai Tokun   Nakai Tokun EmptyDim 9 Avr - 18:00

Nom: Nakai

Prénom: Tokun

Age: 22 ans

Statut: Recherché

Emploi: Poupée voleuse

Ville: Centra

Histoire:
Vint le jour ou la souffrance des personnes normales ne leur suffit plus, il leur fallut y ajouter celle des automates...

Dans la ville de Centra est une poupée. Créée par la technologie, cette poupée n’est pas un jouet. Elle n’est pas conçue pour amuser les petites filles. Non, cette poupée là est différente, tout d’abord, elle a une cerveau et ses capacités intellectuelles sont égales à celles de n’importe quelle personne normale. De plus, cette poupée a quelque chose que même certains humains ne possèdent pas. Cette poupée pense.


Tokun est au service du gouvernement, il est chargé d’accomplir diverses missions, on ne lui a jamais demandé son avis, née grâce au gouvernement, on lui a dit qu’il se devait d’être des leurs. Pourtant son avis est autre, mais nous savons tous qu’un seul homme est incapable de rivaliser avec un gouvernement entier. Le pire acte que commet le gouvernement, c’est qu’il uniformise toutes les personnes qui dépendent de lui. Il leur enlève leurs atouts majeurs : leur liberté de penser. C’est cette liberté que Tokun n’a jamais perdue. Et puisqu’il n’avait en aucun droit d’exprimer son opinion en public, il prit vite l’habitude de la transcrire par écrit dans des cahiers que nous appellerons journaux intimes. En effet, il aura pour seuls amis ces cahiers sur lesquels il écrira chaque fois que bon lui semblera ce qu’il pense et pourquoi il le pense.

Pendant 16 ns il va souffrir, souffrir de donner l’image que les autres veulent qu’il donne, souffrir de ne pas avoir la jeunesse que les autres auront eue. Souffrir de savoir qu’il n’est qu’une poupée, pendant 16 ans son cahier contiendra des paroles telles que celles-ci :

« Je n’ai pas de parents, tout les autres en ont. Je n’ai pas de personnalité, tout les autres en ont. J’ai peur de mourir comme j’ai peur de vivre. J’ai peur de n’être qu’un con dont on se sert pour faire vivre un gouvernement qui n’est bon finalement qu’à créer des poupées. Savent ils ce qu’elles ressentent, « leurs poupées » ? Nan, ils ne le savent pas, et ils s’en fichent. Tous se fichent de ce que je ressens, au plus profond de mon cœur. Mon cœur ? Si seulement j’en avais un, un vrai qui n’aie pas été créé par cette technologie mais par des humains, comme on en voit partout… Mais nan, je n’en ai même pas, j’ai des circuit implanté dans le cerveau me dira-t-on, devrais-je m’en plaindre ? Je ne sais pas. J’ai l’impression de ne pas savoir grand chose de toute façon. Ah si ! Je m’appelle Tokun Nakai, nom certainement choisis sans amour par les machines qui m’ont créé. J’ai besoin d’une famille, j’ai tellement besoin d’une famille, est-ce que ça les intéressent ça, mes patrons ? »

Telles étaient les paroles qu’il avait écrit avant ce jour, ce jour où, en rentrant du travail, il y eut cette fille… Cette fille couchée sur ce banc… Cette fille si belle aux yeux fermés… Cette fille qui le fit pleurer.

« Elle était là devant moi, je me suis agenouillé devant elle, elle était si belle. Il était tard, la nuit était noire mais je distinguais parfaitement sa silhouette, je ne savais pas ce qu’elle faisait là. Je ne savais pas non plus ce que moi je faisais, pourquoi je m’étais assis devant elle… Pourquoi mon cœur battait si fort, pourquoi étais-je heureux, devant cette fille qui dormait… ? Je ne le savais pas mais je m’en rendais bien compte, je ne m’étais jamais senti aussi bien, je décidais donc de rester auprès d’elle…
Je la regardais sans cesse, j’était fatigué mais incapable de fermer les yeux, je ne le voulais pas, je voulais la voir, cette jeune fille… Puis malgré la nuit je vis coincé dans son collier un petit bout de papier, je me permis de le prendre comme s’il m’était destiné. Dessus était inscris un nom, un prénom et un âge… Je devinais de suite que ces trois indications lui appartenaient, elle était Ana Hiromi et avait 12 ans… J’étais ensuite sûr que ce papier était destiné à qui la trouverait, je l’avais trouvée, je décidais donc que c’était un cadeau, que l’on m’offrait une famille. Oui, j’avais enfin trouvé ma famille, et j’étais si heureux que j’en ai pleuré, j’ai pleuré longtemps… Jusqu'à ce que l’enfant ouvre un œil… Je n’arrivai pas à lui sourire, j’étais plongé dans son regard, son regard d’enfant… C’était le regard de ma sœur, oui, Hiromi Ana était le nom de ma sœur. Elle ouvrit l’autre œil puis eut un étrange regard sur moi, au début, je ne le compris pas et il me blessa, avec le recul, je me dit qu’il est normal que cette enfant ai eu peur en voyant un étranger plus âgé qu’elle à coté d’elle.
Puis elle me demanda qui elle était, j’eût pu penser que c’était une blague mais je n’arrivai pas à penser, à cet instant, je ne pensais pas, j’étais conscient tout en étant ailleurs, je ne saurais décrire ce que je ressentais… J’étais si heureux…
Je lui répondit donc qu’elle était Ana Hiromi :
-Ah… Et toi, qui es tu ?
-…
Je ne lui dis rien, je n’osais pas, j’avais peur qu’elle fuie. J’étais Tokun Nakai, je le savais, je ne l’avais pas oublié à cause de l’émotion, non. Je ne voulais juste pas qu’elle le sache, je pensais le lui dire plus tard. Elle me posa ensuite beaucoup de question, je ne pu répondre à aucune d’entre elle et me sentis coupable… Cette fille était étrange, elle ne se rappelait de rien, c’était comme si elle était vide, sans aucun souvenir, je ne savais pas depuis combien de temps elle était sur ce banc mais toujours est-il que je pensais qu’elle avait du y rester un long moment pour perdre la mémoire à ce point.
Je la pris finalement dans mes bras, elle ne s’était pas débattue, je ne compris d’ailleurs pas pourquoi elle se laissait faire, j’étais un inconnu pour elle…
Une fois que nous fumes arrivés à l’appartement, je la déposai sur mon lit, elle se recouvra elle même des couettes, je ne me permettais pas de trop la cajoler, j’avais peur qu’elle me prenne pour un pervers mal intentionné alors que moi je pensais déjà être son grand frère. Elle me redemanda ensuite qui j’étais, j’eu envie de lui répondre que j’étais son grand frère mais j’en fut incapable, si pour moi elle était ma famille elle avait sûrement elle aussi une vraie famille. Je lui répondis donc par mon nom et mon prénom. Elle me fit un sourire et ferma à nouveau les yeux. Je suis resté à l’admirer pendant un moment puis je suis descendu pour te raconter tout cela, j’en suis là… je vais devoir allé travailler… je lui ai laissée un mot pour qu’elle ne s’inquiète pas et qu’elle ne fuie pas en voyant qu’elle est seule, je lui ai aussi préparé le petit déjeuner. J’espère qu’elle sera toujours là ce soir. »


Ainsi le soir on pouvait lire :

« Elle m’attendait, quand je suis rentré elle était derrière la porte, elle avait un tablier accroché autour de sa taille et elle me souriait. Elle avait préparé le dîner, j’étais si heureux… Je l’ai prise dans mes bras et elle a rie… J’avais l’impression de revivre… Nous avons mangé, nous parlions sans parler, elle me parlait d’elle mais je n’ai rien appris de nouveau puisque nous en savions autant moi et elle sur la personne qu’elle était. Plus tard elle s’est couchée dans mon lit, je l’ai regardée pendant un moment puis je suis venu à toi, j’en suis de nouveau là. Je vais retourner au travail, lui laissant encore un mot, je la retrouverais ce soir… J’ai tellement envie d’être ce soir. »

Le quotidien des deux jeunes personnes durera ainsi pendant deux ans. Ils étaient heureux, ils s'aimaient comme des frères et soeur, pourtant de la bouche de Ana revenait toujours cette même question:

« Quand est-ce que tu arrêtes le travail Tokun, je veux que tu ne sois qu’à moi, pourquoi m’abandonnes-tu tout les jours, je veux pas qu’on m’abandonne !

-Si seulement j’avais le choix Ana…

Et un jour… Ana n’était plus là. Elle avait disparu on ne savait où. Le jeune homme avait l’impression d’être détruit de l’intérieur. Les jours avaient cédé leur place aux semaines, qui avaient cédé leur place aux mois… Ana ne revenait pas, et partout où notre poupée la cherchait, il n’y avait aucune trace d’elle… Tout ça à cause du gouvernement, de ces missions. Mais le jeune homme n’avait pas le choix, ça avait toujours été comme ça. Une semaine avant l’anniversaire d’Ana, il l’avait retrouvée endormie sur ce banc même où il la voyait pour la première fois. Et Tokun pleura comme jamais il n’avait pleuré avant ça. Tout redevint comme avant… Même s’il essayait de faire des efforts pour rester avec elle…

Une semaine plus tard, le matin où comme à son habitude, Tokun s’installa au chevet de la belle en attendant son réveil, celle ci prit peur en le voyant. Et comme à leur rencontre, elle lui demanda qui elle était et qui il était. Il lui répondit, puis pleura, elle l’accompagna, tout deux versèrent des centaines de larmes… Pourtant lui les versait parce qu’il était malheureux tandis qu’elle parce qu’elle ne comprenait pas. Il lui ré expliqua tout depuis leur rencontre puis lui affirma à nouveau qu’il la protégerait au péril de sa vie. Le soir, dans son journal, on pouvait lire :

« […] Elle a l’air si malheureuse, cela fait deux ans jour pour jour que je l’ai trouvé, comme à notre rencontre, elle m’a demandé qui elle était et qui j’étais, je lui ai répondu. J’ai peur de ne pas comprendre exactement ce qu’il se passe, j’ai si peur… Je veux qu’elle aille bien, je hais voir le malheur sur son visage ! »

Elle avait changé. Elle avait tellement changé… Et pourtant les sentiments de Tokun n’arrivaient pas à changer… Après tout c’est grâce à elle si, à ses 18 ans, il fut délivré de cette emprise qu’exerçait le gouvernement sur lui… Mais à quel prix ! Quelques jours plus tard il était obligé de se cacher avec sa belle parce qu’on l’avait classé comme poupée défaillante…

Au fur et à mesure des jours, son amour « fraternel » se transformait en amour pur, il était dingue de Ana, il souffrait en même temps qu’elle, il avait si peur qu’elle l’oublie à nouveau… Il avait si peur de ça… Il allait tellement mal, il souffrait tellement… Il avait peur de lui déclarer son amour pour qu’un jour elle oublie tout. Mais finalement c’est exactement ce qu’il se passa, il lui déclara son amour, et ils s’embrassèrent finalement. Il furent un heureux couple jusqu’au jour où, un matin, elle lui demanda qui elle était et qui il était. Ce jour la, Tokun se laissa tomber par terre, il eût pu mourir tellement il allait mal, il ne cessait de pleurer, il avait répondu aux questions de Ana, lui avait tout ré expliquer mais ne lui avait rien dit à propos de leur histoire d’amour. Elle avait 16 ans aujourd’hui, Tokun l’avait parfaitement compris mais il allait si mal… Elle qui lui avait fait tout oublier, son horrible métier comme son horrible vie…

Mais il fallait tout recommencer et ils recommencèrent tout. Tout, il faudrait désormais, tous les deux ans, tout recommencer. Mais cette fois ci, l’histoire d’amour n’eut pas lieu, Tokun aimait tellement Ana que pour son bien il ne voulait pas qu’elle recommence.



« […] Aujourd’hui Ana m’a sauvé, grâce à elle je n’appartiens plus au gouvernement, je suis si heureux, si seulement elle aussi pouvait être heureuse, si seulement elle pouvait l’être pour de vrai… Le sera-t-elle un jour… Pitié, je donnerais ma vie s’il le faut, rendez la heureuse… Je veux qu’elle sourisse avec sincérité, elle a pitié de moi, elle sait qu’elle m’a fait souffrir mais elle n’arrive pas à comprendre qu’elle m’a tout apporté… Si seulement à nouveau je pouvais déposer mes lèvres sur les siennes, si seulement à nouveau elle pouvait me dire je t’aime… Si seulement elle pouvait ne jamais plus m’oublier… pourtant elle m’oubliera… »

Oui, elle l’oubliera, et elle comme lui en étaient conscient… C’est d’ailleurs à cause de cela qu’ils étaient rongés par le malheur, ils étaient conscients que dans maintenant moins d’un an elle oublierait tout de nouveau…

Mais Tokun de son côté jurait qu’il arriverait malgré la douleur à la protéger… Mais elle, elle devint folle, elle disparu et laissa Tokun sans nouvelles, celui-ci la retrouvait mais elle repartait. Il était submergé par la peur, le malheur et surtout l’amour, oui, l’amour, c’était l’amour qui l’aidait à la retrouver à chaque fois…
A un mois de la perte de mémoire, il la retrouva, elle avait commis un meurtre, elle avait tué quelqu'un… Il eut fallut qu’il lui dise qu’il l’aimait pour la retenir…

Et c’est seulement la veille de la perte de mémoire de Ana que lui, lui raconta de nouveau tout, tout depuis le début, avec tellement de sérieux, tellement de tristesse, tellement de sentiments contribuaient à son malheur présent…
Ils parlèrent, elle l’embrassa, elle s’endormit…

« J’ai si peur, elle est là, blottie contre mon corps, les yeux fermés, elle dort… Rêve-t-elle de moi ? J’aimerais tant qu’elle rêve de moi… ce serait la dernière fois qu’elle pense a moi… Alors que moi je penserais toujours à elle… Quand je l’ai rencontrée elle était déjà si belle… Elle l’est encore plus aujourd’hui, demain à son réveil, elle me demandera qui je suis, j’ai tellement honte mais je me demande réellement si je dois la garder encore avec moi… Je vais finir par mourir seul dans ma souffrance, et elle aussi, elle aussi elle souffre. Si seulement j’avais le courage de la laisser sur ce banc, seule, avec un papier sur lequel son nom, son prénom et son âge seraient inscrits. De toute façon elle ne se souviendra plus de moi… Je m’embrouille, je pleure, oui, je pleure encore… Si seulement je pouvais tout oublier moi aussi, si seulement je pouvais oublier cette fille qui s’est endormie sur moi… Si seulement je pouvais t’oublier… Pourtant est-ce vraiment ce dont j’ai envie… Ana… Je t’aime tellement, par pitié, rêve de moi, cette nuit, pense à moi encore une fois, une dernière fois… Embrasse-moi dans ce rêve, j’ai tellement envie de t’embrasser… Mais je ne le ferais pas, dorénavant Ana, jamais plus nous ne nous embrasseront… Il ne faut plus que nous souffrions ainsi… aimons nous, mais cachons-le-nous…. Je te fais confiance… »

Il ferma son cahier, caressa les douce pommettes de la jeune femme et attendit…
Revenir en haut Aller en bas
Nakai To
Invité




Nakai Tokun Empty
MessageSujet: Re: Nakai Tokun   Nakai Tokun EmptyDim 9 Avr - 18:00

Caractère: Il est une "homme" triste, malheureux, qui ne réserve que ces quelques moments de joies a Ana, Ana... La cause de tout finalement, la femme de sa vie même s'il préfère ne pas l'aimer, elle aura tout changer, elle l'aura rendu heureux, puis malheureux. Mais il ne lui en veut pas car il a fait la même chose chez elle...
Il n'a jamais parlé a personne d'autres que Ana, j'entends dans parlé qu'il n'a jamais exposé ces sentiments, ses pensées devant d'autres personnes que Ana. Il juge donc ne la connaître qu'elle, mais il juge surtout qu'il ne veut connaître personne d'autre qu'elle. Il pense que c'est le seul être bien qui existe sur cette terre. Il l'aime tellement...
Il s'est d'ailleurs juré que si un jour il avait entre "rester en vie en voyant Ana malheureuse tout le temps a cause de sa maladie" et " mourir en l'échange d'un remède donc l'efficacité est prouvée" il choisirait la deuxième solution. Le bonheur seul de sa protégée compte a ses yeux, le sien est beaucoup moins important.

"J'ai l'impression de n'être qu'un nul, je me suis toujours dit que si je devais me décrire, je ne saurais quoi dire d'autre que des méchancetés sur moi même. Je suis un ex pantin du gouvernement, si tu savais comme j'ai honte d'avoir travailler pour lui...
Je dirais aussi évidemment que j'aime Ana, oh oui je l'aime, trop peut être, je m'en fiche, je ne peux faire autrement que de l'aimer et de l'admirer, Ana, si tu savais comme je t'aimais..."


physique: Le malheur constitue son visage. Cela ne veut pas dire qu'il est moche, cela veut juste dire qu'il a un visage sombre, on arrive a distinguer sur ces joues et en dessous de ses yeux des traces de larmes séchées. Il a des yeux noirs comme pour renforcer le coté sombre de son visage. Ces cheveux son blond mais pourtant assemblé a son visage paraissent foncés.

"[...] Et puis ma tête, t'ais-je déjà parlé de ma tête ? Je suis repoussant, comment a t'elle fait, Ana, pour embrasser un tel visage, quand je me regarde dans un miroir, j'arrive a me demander si ces baisers n'était finalement pas que de la pitié envers cet homme a qui elle voulait faire connaître la douceur des lèvre d'une femme rien qu'une fois... OU alors peut être aussi était-ce sincère, toujours est il cher journal que je t'envie de ne pas me voir... Ah que tu es chanceux... Ne pas voir mon immonde peux déshydraté malgré toute les larmes que j'ai versé..."

Dons: Il est agile et il arrive a se concentrer a tel point qu'il n'entend plus rien autour de lui, il ne sait que ce qu'il doit faire. L'arme qu'il possède n'est qu'un vulgaire canif, pitoyable me direz vous. Il aurait pensé la même chose si il n'avait pas trouvé ce canif le même jour qu'il rencontra Ana.

Signe(s) particulier(s): Il met des lentilles bleues |j’avais pas remarqué le bleu de ses yeux sur l’avatar >.< je vais dire qu’il voit mal et qu’il met des lentilles bleue -_- ]

Autre(s): Love Ana

Perso sur l'avatar: Euh, si seulement je le savais -____-‘


Dernière édition par le Lun 10 Avr - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shina Akimoto
Princesse de Terra
Princesse de Terra
Shina Akimoto


Nombre de messages : 162
Age : 35
Ville : Centra
Age du personnage : 17
Date d'inscription : 22/09/2005

Nakai Tokun Empty
MessageSujet: Re: Nakai Tokun   Nakai Tokun EmptyDim 9 Avr - 18:28

Wahouuuuuuuuuu welcomeuuuh, jvais pas t'embeter, Ana t'as dis ce qu'il manquait :P

Aaaah j'adore ta fiche Msieur, Gratou nous ramène des gentils et bon posteurs ^__^

Amuse toi bien et bon courage dans la love attitude !
Revenir en haut Aller en bas
https://finalfantasy.probb.fr
Ana Hiro
Invité




Nakai Tokun Empty
MessageSujet: Re: Nakai Tokun   Nakai Tokun EmptyMar 11 Avr - 13:24

Ah my love tu es validé, c'est bô de voir comme tu m'aimes snif XD tu peux joueeer, et bienvenue :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Nakai To
Invité




Nakai Tokun Empty
MessageSujet: Re: Nakai Tokun   Nakai Tokun EmptyMar 11 Avr - 18:43

Ana comment tu te la joue genre "ouaip chui une modo et tout c'est moi qui valide "

Mais mon amour pour toi surpasse tes défauts :( (Comment j'ai la tchatche et tout -_-)

Et puis merci ah madame Yukari Komatsu (ou mademoiselle >.< Excuser mon ignorance, parait il que c'est du a ma couleur de cheveux)

Bon allez, suis sure que j'ai pas le droit de poster ici donc je vais poster en Tokun mon amûrrrr :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Nakai Tokun Empty
MessageSujet: Re: Nakai Tokun   Nakai Tokun Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Nakai Tokun
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra :: HRP :: FF Terra 2 :: Présentations-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser