Terra
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Rpg Final Fantasy
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -44%
REALME C21 64 Go Cross Black
Voir le deal
109.91 €

 

 Iwazuni Marubashi

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Iemasa Kudô
Chef des rebelles
Chef des rebelles
Iemasa Kudô


Nombre de messages : 82
Ville : Apleoda
Age du personnage : 19 ans
Date d'inscription : 22/09/2005

Iwazuni Marubashi Empty
MessageSujet: Iwazuni Marubashi   Iwazuni Marubashi EmptyMer 5 Avr - 23:55

Nom: Marubashi

Prénom: Iwazuni

Age: 17 ans

Statut: Voleur

Emploi: Roi d’Apleoda

Ville: Apleoda

Histoire Loin, très haut dans le ciel, vivait un peuple oublié de tous. La beauté d’Apleoda compte certainement parmi les belles au monde et rare sont les habitants de Terra qui s’en sont approchés. A l’encontre de Terra, Apleoda à évoluée en conservant précieusement ses traditions. Toute personne refusant cela devait se contraindre à figurer sur la Liste qui permettait entre autre de faire voler notre île au dessus des dangers de la surface.

C’est dans cette lignée que mon père continua de faire exercer les rites et coutumes de mon peuple. Mon père, Iwao Marubashi a toujours été traité de tyran par les plus courageux mais je n’ai du hérité de lui que le préfixe de son prénom : « Iwa ».Ma mère quant à elle, était issue d’une riche famille de nobles, les Morioka. Elle fut promise en mariage à mon père à 15 ans, un arrangement entre nos deux familles, mais le mariage fut célébré 3 années plus tard.

Je ne connais réellement que les récits de ma nourrices sur le mariage de mes parents, fidèlement à la tradition des mariages princiers d’Apleoda, la cérémonie devait durer 3 jours et le couples défilait fièrement dans les rues de la capitale en arborant différentes tenues cousues dans les plus belles étoffes. Ils marchaient sur un parterre de fleurs jetées par les habitants qui se pressaient en masse sur les abords du cortège. Je ne mentirais pas en disant qu’il fallait parfois des semaines pour effacer toute trace d’un tel évènement. La date était décidée des mois à l’avance en compagnie de « voyants » très expérimentés. Ils consultaient les étoiles et les signes des époux. Ma mère avait un signe d’eau et mon père de feu ce qui avait tendance à semer la zizanie chez les devins car un jour favorable pour l’un ne l’était pas forcement pour l’autre.

Je naquis environ un an plus tard, mes parents n’eurent pas d’autres enfants car ma mère décéda en me mettant au monde. Je suis donc né le jour d’un deuil national. On me confia à des nourrices, mon père étant trop occupé pour se charger de moi. J’évoluais donc dans la richesse démesurée de mon palais, et à cette époque j’ignorais tout du malheur qui sévissait dehors.
Encore bébé, on m’avait présenté à la foule comme futur roi, depuis je n’étais jamais sorti de mon château. Je n’avais pas énormément d’amis, je jouais parfois avec les enfants de mes servantes mais elles s’y risquaient rarement de peur d’être sévèrement punis par mon père lui même. Le fils du roi ne fréquentait pas les pauvres.

Le jour de mes dix ans, je du assister pour la première fois à ce qu’on m’avait enseigné être « La Régénération de la Terre », cette cérémonie consistait à permettre à notre île de voler plus longtemps. La surface de la terre étant constituée de malheur et de désolation. Quand je posais des questions à mes professeurs ou à ma nourrice sur « l’extérieur », on me répondait souvent : « C’est un monde dénué de toute vie, les dieux l’on abandonné car ils les avaient trahis !» ou encore «D’après nos écrits, c’est un monde détruit, un désert apocalyptique ou il est impossible de vivre. », dans mon jeune esprit de l’époque je m’imaginais donc un monde volcaniques et pleins de cailloux ou on croisait parfois quelques extra-terrestres poilus et ou le ciel était caché par de lourds nuages noirs.

L’heure de la cérémonie approchait, on avait fait fabriquer pour moi une des plus belles tenues que je n’avais jamais eu l’occasion de porter. C’était une sorte de long kimono pour homme dans les tons foncés avec un oiseau bleu brodé à la hauteur de la taille, son bec remontant sur ma poitrine comme s’il me regardait.

Je fus escorter avec mon père et des servantes jusque sur une estrade qui surplombait tout une foule de gens regroupés autour de l’obélisque. Mon père me poussa en avant , je me colla contre la balustrade et pour la première fois je me sentis plus important que lui.
Malgré le nombre considérable de gens présents à ce que je croyais être une fête, aucun bruit ne parvenait à mes oreilles jusqu’à ce que plusieurs personnes pénètrent sur la place. Leurs mains étaient attachés malgré qu’ils ne tentèrent à aucun moment de s’enfuir.

A partir de ce moment tout se passa très vite, mon père cria un ordre à plusieurs officiers autour de l’obélisque, et sans vraiment comprendre, je vis les prisonniers qui commençaient à s’effondrer petit à petit. Je crois me souvenir avoir questionné mon père dans l’affolement sans obtenir de réponse. C’est alors que la foule commença à s’exclamer et que je te vis pour la première fois…

Tu appelais un des détenus, je compris plus tard que c’était ton père, mais l’homme s’effondra et malgré tes pleurs, il resta inerte sur le sol.
A 10 ans je ne savais pas comment expliquer la sensation que j’ai ressenti à cet instant. J’ai pris peur comme si le monde parfait que j’avais autour de moi s’effondrait brutalement. Des gens mourraient sous mes yeux et personne, ni mon père, ni ma nourrice, ni mes servantes ne disaient rien.

Mais toi, tu étais là qui pleurais. Et moi, du haut de ma tribune, je contemplais le spectacle. Ce moment là, je ne pus l’oublier

Je fus ramené au palais, ce soir là, je ne dînais pas, je me suis enfermé dans ma chambre et sans le vouloir, j’ai pleuré. Mon Apleoda avait disparu.

Quelques temps plus tard, on m’assigna une nouvelle servante sous prétexte que ma nourrice devenait vieille et que ce n’était pas son travail. On frappa à la porte et on te présenta, Yukari. Lorsque tu leva la tête vers moi, je te reconnu, ses yeux, cette détresse m’apparu brusquement. Je restais comme figé sur place, jusqu’à ce que tu partes, je n’osais même pas te regarder à nouveau.

Irrésistiblement je fus attiré par toi, certainement aidé par l’insouciance de notre jeune âge, ma gêne disparue rapidement à ton égard. Dans nos jeux, j’étais plus heureux que jamais si bien que les domestiques ne purent rien faire pour nous séparer.

Nous grandîmes ensembles, tu connaissais tout de moi, je me souviens de ses soirées, entre autre où, cachés, nous parlions. Mais toi tu étais servante et moi j’allais devenir le futur roi. Jusqu’au jour ou tout bascula.

Ce soir la, tu vins me voir, me pris à part et me regarda dans les yeux en t’excusant. Je compris rapidement ce que je n’aurai pas préférer comprendre. Stupéfié, je n’osa rien dire mais au moment ou tu allais me quitter je t’attrapais la main un instant. Je n’eu jamais aussi peur de ma vie.

Ce soir la, je renonçais à dormir, je ne pouvais pas me reposer en passant à ce qui se passait en ce moment même dans la chambre du roi. Je compris alors que je risquais de te perdre toi aussi, toi qui était mon seul véritable trésor dans ce palais.
Je quitta brusquement la pièce et traversa la palais par la chemin le plus cours. Devant la chambre de roi était posté deux gardes et la patrouilles arriverait d’un moment à l’autre. Au moment ou cette dernière tourna le long du couloir je lui rentra en plein dedans, me laissant m’effondrer sur le sol. Les gardes furent alertés et vinrent nous rejoindre pendant que je me fâchais contre la patrouille avant de congédier tout ce petit monde dans leurs appartements pour la soirée.

J’ouvris alors doucement la porte que je refermais presque aussitôt, mais le mal était déjà fait. Je m’étais déjà résigné à la mort de mon père, je savais que tu le tuerais un jour si le destin n’en décidait pas autrement, je savais que tu ne pouvais pas te résigner à laisser mon père en vie. Mais pourquoi si tôt ? Pourquoi au risque de gâcher ta propre vie si vite ? Nous n’avions que 16 ans tout les deux, et je ne voulais pas te voir partir toi aussi.
Je m’approchais du cadavre du roi alors que tu prenais la fuite, mes larmes coulèrent d’elles même, j’étais devenu orphelin. Malgré sa cruauté, cet homme était mon père et dans un dernier pardon je plaçais discrètement le manche du couteau dans son main.

Le lendemain matin, je fus réveillé par une agitation hors norme dans le palais. Je m’étais endormi involontairement et tout habillé sur le dessus de mon lit. Mon profond sommeil m’avait presque fait oublier ce que j’avais vécu la veille et s’est en hâte que je me précipitais dans la chambre du meurtre.
Il me sembla que tout le château était réuni dans cette pièce, ce qui m’intimida un brin, je devais à ce moment déclarer ce que j’avais vu, signaler la meurtrière, seulement, pouvais-je risquer de te perdre, alors que je m’étais donné tant de mal pour te sauver, au point de laisser mourir mon père. Je n’avais pas respecté mon dernier engagement envers lui, je serai certainement un mauvais roi avec sa mort sur la conscience, mais je ne pouvais pas …

J’annonçais quelques heures plus tard à mon peuple, le suicide du roi Iwao Marubashi et comme le voulais la coutume, une semaine de deuil national.

J’appris aussi par une domestique que tu avais demandé à être affectée aux cuisines, et refusais quelqu’un d’autre que toi comme servante.

Les jours passèrent, et je fus couronné roi d’Apleoda, mais cette journée fut peut être la plus triste que je n’ai jamais vécu car seul je ne valais plus rien. Je ne sais même pas si tu es venue, et je savais que maintenant que j’avais ces nouvelles responsabilités, je n’aurai plus que mes yeux pour pleurer cette journée ou tu avais disparue. J’ai bien essayé de te retrouver mais étant roi, j’ai peur de ne plus jamais être capable de trouver un moment pour te parler comme avant, car désormais j’ai l’impression que les murs eux-même m’espionnent.

Le soir, caché au fond de mes draps, je rêve de ces moments si proches mais qui me paraissent pourtant si lointain grâce aux quels je n’ai jamais été si heureux et que personne ne pourra m’enlever.

Caractère: Iwazuni, est tout l’opposé de son père. Il cherche le bonheur de son peuple mais est encore trop inexpérimenté pour le gouverner parfaitement, c’est pourquoi plusieurs conseillers sont en charge de le guider dans ses démarches. Attentionné, il peut faire preuve d’un grand courage dans les situations délicates quitte à se mettre lui même en danger. Iwazuni, (même s’il en prend de plus en plus compte) est toujours surpris par sa popularité jusqu’à parfois sentir une certaine gêne. Il aime passer des moments paisibles, pour compenser sa vie mouvementée.

Physique: Iwazuni est doté d’une beauté qu’il ne soupçonne pas, n’ayant pas vraiment eu affaire à d’autres jeunes de son âge.(contrairement à l’avatar, il n’a pas l’habitude de craner v__v). Il continue d’arborer un teint relativement pâle qui s’inscrit dans la « mode » de son pays et plus particulièrement des aristocrates ou des personnes travaillant au palais. Il se doit d’être tout le temps présentable depuis qu’il a été couronné roi et a désormais une attention particulière pour son physique.

Arme: Petits katanas

Style de combat :
Iwazuni combat à l'aide de petit katana sur lesquels sont gravés les armoiries d'Apleoda. Iwazuni à l’avantage d’allier rapidité et précision, ayant bénéficié des meilleurs professeurs au château d’Apleoda, il ne possède pas cependant pas une force de frappe impressionnante. (Précision +, Rapidité +)

Signe particulier: Iwazuni est ce que l’on pourrait classifier de « voleur » car il possède toutes les caractéristiques de ce dernier même n’ayant jamais réellement commis le de vole. Il excelle dans le maniement des dagues car il n’a jamais été attiré par les armes lourdes du palais qu’il trouve « trop peu maniable ».

Autre: Trisooos au pouvoooir :p

Perso sur l’avatar: Quickyyyy XD


Dernière édition par le Jeu 6 Avr - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://daguerov.free.fr
Shina Akimoto
Princesse de Terra
Princesse de Terra
Shina Akimoto


Nombre de messages : 162
Age : 35
Ville : Centra
Age du personnage : 17
Date d'inscription : 22/09/2005

Iwazuni Marubashi Empty
MessageSujet: Re: Iwazuni Marubashi   Iwazuni Marubashi EmptyJeu 6 Avr - 18:14

(Lapin débile va XD)

Yahouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu mon Quickyyyy d'amur que je love à la folie même plus que les troubadours.

Rien que parce que cette fiche est ta meilleure, je te chanterais une chanson paillarde (non jte referais pas all by myself mouahahahaha).

Jsuis amoureuse de ton avatar, de ton histoire et de tes grandes oreilles, c'est pourquoi, en ce jour de l'an de grace 2006, je te valide !
Revenir en haut Aller en bas
https://finalfantasy.probb.fr
 
Iwazuni Marubashi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra :: HRP :: FF Terra 2 :: Présentations-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser